Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Susanna Huygens
Articles récents

Belle et harmonieuse année 2023

31 Décembre 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

@ DR

Chère lectrice et cher lecteur,

voici venu le temps des vœux. Dans ce monde qui me semble avoir perdu le sens du beau, de l’altruisme, de l’empathie, de la modestie et de la simplicité… de la poésie, je m’en viens vous apporter mes vœux pour la nouvelle année. Fasse que la guerre s’éloigne, que la paix revienne, que la fraternité et la générosité apaisent les cœurs et brisent les chaînes de la haine et de la peur. Et aucune pièce musicale pouvait dire avec autant de beauté, de temps suspendu, ce qu'aucun mot ne pourra vraiment dire : Lux aeterna d'Edward Elgar.
Alors qu’en ce moment, je découvre pour mon plus grand bonheur, l’œuvre enchantée de William Morris, c’est avec un si beau texte de Colette et des cartes de vœux qui me ramènent aux jours de l’an de mon enfance, que je vous souhaite le meilleur, le plus doux, le plus onirique… que la joie et la santé guident vos pas dans ce monde si incertain.

Par Monique Parmentier 

« 

@ DR

COLETTE — Le jour de l'An à Saint-Sauveur

Qui pourrait me rendre la solennité puérile des jours de l'An d'autrefois? 
Une enfant très aimée, entre des parents pas riches, et qui vivait à la campagne parmi des arbres et des livres, et qui n'a connu ni souhaité les jouets coûteux : voilà ce que je revois, en me penchant ce soir sur mon passé... Une enfant superstitieusement attachée aux fêtes des saisons, aux dates marquées par un cadeau, une fleur, un traditionnel gâteau... Une enfant qui d’instinct ennoblissait de paganisme les fêtes chrétiennes, amoureuse seulement du rameau de buis, de l'œuf rouge de Pâques, des roses effeuillées à la Fête-Dieu et des reposoirs – syringas, aconits, camomilles – du surgeon de noisetier sommé d'une petite croix, bénit à la messe de l'Ascension et planté sur la lisière du champ qu'il abrite de la grêle... Une fillette éprise du gâteau à cinq cornes, cuit et mangé le jour des Rameaux; de la crêpe, en carnaval; de l'odeur étouffante de l'église, pendant le mois de Marie... 

 

@ DR

Vieux curé sans malice qui me donnâtes la communion, vous pensiez que cette enfant silencieuse, les yeux ouverts sur l'autel, attendait le miracle, le mouvement insaisissable de l'écharpe bleue qui ceignait la Vierge? N'est-ce pas? J'étais si sage!... Il est bien vrai que je rêvais miracles, mais... pas les mêmes que vous. Engourdie par l’encens des fleurs chaudes, enchantée du parfum mortuaire, de la pourriture musquée des roses, j'habitais, cher homme sans malice, un paradis que vous n'imaginiez point, peuplé de mes dieux, de mes animaux parlants, de mes nymphes et de mes chèvre-pieds... Et je vous écoutais parler de votre enfer, en songeant à l'orgueil de l'homme qui, pour ses crimes d'un moment, inventa la géhenne éternelle... Ah! qu'il y a longtemps!... 
Ma solitude, cette neige de décembre, ce seuil d'une autre année ne me rendront pas le frisson d'autrefois, alors que dans la nuit longue je guettais le frémissement lointain, mêlé aux battements de mon cœur, du tambour municipal, donnant, au petit matin du 1er janvier, l'aubade au village endormi... Ce tambour dans la nuit glacée, vers six heures, je le redoutais, je l'appelais du fond de mon lit d'enfant, avec une angoisse nerveuse proche des pleurs, les mâchoires serrées, le ventre contracté... Ce tambour seul, et non les douze coups de minuit, sonnait pour moi l'ouverture éclatante de la nouvelle année, l'avènement mystérieux après quoi haletait le monde entier, suspendu au premier branches du vieux sapin de mon village.
Il passait, invisible dans le matin fermé, jetant aux murs son alerte et funèbre petite aubade, et derrière lui une vie recommençait, neuve et bondissante vers douze mois nouveaux... Délivrée, je sautais de mon lit à la chandelle, je courais vers les souhaits, les baisers, les bonbons, les livres à tranches d'or... J'ouvrais la porte aux boulangers portant les cent livres de pain et, jusqu'à midi, grave, pénétrée d'une importance commerciale, je tendais à tous les pauvres, les vrais et les faux, le chanteau de pain et le décime qu'ils recevaient sans humilité et sans gratitude... 
Matins d'hiver, lampe rouge dans la nuit, air immobile et âpre d'avant le lever du jour, jardin deviné dans l'aube obscure, rapetissé, étouffé de neige, sapins accablés qui laissiez, d'heure en heure, glisser en avalanches le fardeau de vos bras noirs, – coups d'éventail des passereaux effarés, et leurs jeux inquiets dans une poudre de cristal plus ténue, plus pailletée que la brume irisée d'un jet d'eau... Ô tous les hivers de mon enfance, une journée d'hiver vient de vous rendre à moi! »

COLETTE — Le jour de l'An à Saint-Sauveur ; Les vrilles de la vigne (1908)

Lire la suite

Impression d'automne

17 Octobre 2022 , Rédigé par Parmentier Monique

@ Stanislaus Soutten Longley - Autumn Leaves.

“As a child I felt myself to be alone, and I am still, because I know things and must hint at things which others apparently know nothing of, and for the most part do not want to know. Loneliness does not come from having no people about one, but from being unable to communicate the things that seem important to oneself, or from holding certain views which others find inadmissible.”

« Enfant, je me sentais seul, et je le suis encore, parce que je sais des choses et que je dois faire allusion à des choses dont les autres ne savent apparemment rien et que la plupart ne veulent pas savoir. La solitude ne vient pas de n'avoir personne autour de soi, mais de ne pas pouvoir communiquer les choses qui semblent importantes pour soi, ou d'avoir certaines opinions que d'autres trouvent inadmissibles ».
Carl Jung
 

Lire la suite

Amandine Beyer et Gli Incogniti sur France 5 pour un instant de joie absolue

4 Octobre 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Chroniques Concerts

@ DR

Je ne pensais pas revenir si tôt sur mon blog pour évoquer un instant de bonheur musical. Certaines blessures mettent du temps à s'effacer... Mais comme à chaque fois, c'est un rayon de soleil si italianisant... Mon rayon de soleil en musique ancienne, Amandine Beyer et son ensemble Gli Incogniti qui me rendent possible ces quelques mots. 

Alors ne les manquez pas sur France 5, avec ce concert enregistré à Ambronay. "Vivaldi, concertos fantastiques"... Tout ici est à fleur de peau... Du trait de violon aux pincements des cordes du théorbe, de la sensualité des pupitres de flutes et hautbois à la splendeur rayonnante des cors et des percussions... Oui, je m'arrêterais là... Je vais continuer à les écouter et les réécouter. Sachant qu'enfin, ce que je croyais impossible avant encore plusieurs mois, c'est produit... La musique m'a rendu follement heureuse. Elle virevolte, avec les rayons du soleil de l'été indien. Grazie mille Amandine... Grazie mille à chaque musicien.

Lire la suite

Le James Webb entre découvertes et émerveillement

28 Juillet 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

@ NASA JWT Nébuleuse de la Carène

Que dire de ces images qui nous parviennent quasi quotidiennement depuis le 12 juillet du Télescope James Webb, si ce n'est qu'elles sont d'abord pour tous sources d'émerveillement. Pour leur analyse, je vous recommande l'article du CNRS et la video sur la chaîne youtube de Ciel et espace. Et bien sur les espaces de la Nasa qui leurs sont consacrés.

@ NASA JWT Nébuleuse de l'anneau austral

La résolution du James Webb est, on peut se permettre de l'écrire, fabuleuse. L'espace n'aura jamais été aussi lumineux, aussi peu "noir" et jamais il ne nous aura semblé aussi occupé par les étoiles, les galaxies... jusqu'à remonter le temps... à seulement 300 millions d'années lumière du Big bang... mais à plus de 13 milliards d'années lumière de nous.

@ NASA JWT La galaxie la + ancienne

Il faut tenter d'imaginer ce que cela représente. Jamais l'être humain n'aura ainsi semblé réduit à ce qu'il est, improbable et extrêmement chanceux. Il serait probablement temps qu'on réalise que la cupidité qui nous pousse à détruire notre planète est absolument absurde. Les distances sont telles, qu'il n'y aura pas, même pour les plus riches, de vaisseaux de sauvetage.

@ NASA JWT NGC 628/M74

Nul ne viendra nous sauver... Alors au-delà de la découverte prodigieuse, qui nous scotche en les regardant, essayons aussi de percevoir ce qu'il en émane, cette conscience d'un univers tout à la fois magnifique, passionnant, mais où se déroule des phénomènes d'une extrême violence où la vie humaine... la vie n'est à la fois que peu de choses, ou plutôt une chose bien fragile mais tout aussi magnifique et onirique que cet univers.

Par Monique Parmentier

photos @ Nasa/Esa et agence canadienne de l'espace... Merci à eux pour cette extraordinaire réussite de collaboration scientifique et technologique... et plus encore humaine

@ NASA JWT Les premières images

 

Lire la suite

Narbo Via … la poésie d’un monde disparu

8 Mai 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier

L’été dernier, en raison de la Covid, je n’avais pu aller visiter, le nouveau musée narbonnais, consacré au passé antique de la ville : Narbo Via

Contrairement à Nîmes, alors même que Narbonne a connu un passé bien plus prestigieux, les vestiges extérieurs de la ville antique ont quasiment tous disparus.

Mais de nombreuses fouilles ont révélé, tant à l’emplacement de la zone urbaine que de l’antique zone portuaire de nombreux vestiges. Un musée existait dans l’ancien palais de l’archevêché, mais afin de mettre en valeur les plus récentes découvertes, la ville a construit un nouveau musée. 

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier

Une belle réussite, tant au niveau de l’architecture du bâtiment, que de ces espaces et aménagements. La fluidité de la visite, permet aux visiteurs de tout âge, de profiter avec plaisir, de l’invitation au voyage que nous offre ce nouveau musée.

Narbo Martius fut la première colonie romaine fondée hors d'Italie en 118 avant notre ère. Il était donc parfaitement normal d'y consacrer un musée pouvant montrer au public toute la richesse des collections dispersées entre les réserves, le musée épiscopal et l'extraordinaire collection de pierres lapidaires qui jusqu'à présent étaient empilées, sans aucune mise en valeur, dans Notre-Dame de Lamourguier, une église proche des Halles.

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier

Ces blocs épars, près de 2000 bas-reliefs, proviennent pour l'essentiel de monuments funéraires. Ils sont extrêmement variés, allant de la simple stèle au vestige monumental. Je vous recommande la lecture d'un excellent article scientifique, écrit pour la Revue Patrimoines du Sud par Carole Papin en 2015.

Désormais et grâce à une muséographie adaptée et à une signalétique/cartels interactifs, on peut en découvrir tout à la fois la délicatesse de certains détails et l'intérêt historique.

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier

Le musée présente également de magnifiques mosaïques mais aussi des fragments de fresques, des petits objets de la vie quotidienne et de très belles sculptures ainsi que toutes les découvertes archéologiques faites autour du port de Narbo Martius.

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier

Véritable invitation à un voyage dans le temps et dans un paysage méditerranéen, quasiment onirique, tant il nous paraît plus authentique et préservé.

Je vous invite, sur la route des vacances à vous y arrêter, pour une visite que vous ne regretterez pas, tant ce bâtiment à l'architecture contemporaine d'une grande élégance, met en valeur les œuvres  exposées. Durant ma visite, j'ai eu le sentiment que le temps s'était arrêté, me permettant de savourer la grâce et la splendeur de ces "tessons" de vie. Purs instants de poésie que les architectes du projet ont su saisir.

Par Monique Parmentier

Narbo Via Photo @ Monique Parmentier
Narbo Via @ Monique Parmentier

 

Lire la suite

Narbonne, ma belle

8 Mai 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

@ Monique Parmentier

Alors que comme chaque année, TF1 demande à ses auditeurs d’élirent le plus beau marché de France et que Les Halles de ma ville de cœur y concourent, je termine un premier court séjour me permettant d’enclencher ma recherche d’appartement. J’ai donc pu appréhender ce qui permettra je l’espère rapidement de trouver ce petit T2 de mes rêves me permettant de m’installer dans ma ville lumière.

@ Monique Parmentier

Et bien évidemment, je suis retournée à ma Caverne d’Ali Baba pour y savourer non seulement quelques unes des gourmandises de mon sud, mais également d’y partager tant de sourires, cette convivialité qui est l’âme de Narbonne.

@ Monique Parmentier

N’hésitez pas à y passer et à voter pour ce qui est plus qu’un simple lieu où se rassembleraient des commerces de bouche. Ici bat le cœur du bonheur, simple et si vrai, du partage.

@ Monique Parmentier

J’ai repris mes longues promenades à la découverte de ces jardins extraordinaires baignés de lumière bleue et profité de ma chambre avec vue au Zenitude Hôtel (un grand merci à toute l’équipe de me permettre de la retrouver à chacun de mes séjours et de cet accueil à l’image de la ville si souriant).

@ Monique Parmentier

Narbonne, ma belle, je reviens bientôt.

@ Monique Parmentier

par Monique Parmentier 

 

Lire la suite

Nos cœurs battent si fort qu’ils font tout le silence

29 Avril 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

@ Nasa JWST

Les premières photos en provenance de la NASA, réalisées par le James Webb Space Télescope sont tout simplement aussi belles que passionnantes. Dans notre actualité si désespérante et sinistre, elles ouvrent une fenêtre vers l’infini et des découvertes dont chaque annonce sera source d’émerveillement. Depuis son départ, le 25 décembre dernier, JWST, nous aura apporté de quoi nous réjouir et espérer le jour, le mois… à venir. Et toujours me revient en mémoire ces nuits à observer le ciel étoilé enfant et adolescente et à espérer qu’une fois à Narbonne, je pourrais m’acheter un petit télescope, me réabonner à Ciel et Espace et ainsi m’évader dans la nuit en quête de beauté mais aussi de cette connaissance du monde.

 

@ Nasa. Illustre les progrès fait en deux décennies d’observation en Infrarouge

Mais qu'importe que se taise même la mer,

Si dans l'espace immense et clair

Plein d'invisible violence

Nos coeurs battent si fort qu'ils font tout le silence

Émile Verhaeren

Lire la suite

Avec des craies de toutes les couleurs… il dessine le visage du bonheur

21 Mars 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Poésie et Littérature

@ Monique Parmentier

« Mais il dit oui avec le cœur
Il dit oui à ce qu'il aime
Il dit non au professeur
Il est debout
On le questionne
Et tous les problèmes sont posés
Soudain le fou rire le prend
Et il efface tout
Les chiffres et les mots
Les dates et les noms
Les phrases et les pièges
Et malgré les menaces du maître
Sous les huées des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur ». Jacques Prevert

Lire la suite

Eloge de l'amitié, ombres de la trahison

7 Mars 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Divers

@ Monique Parmentier

Il est des textes qui m'ont profondément marqué parce qu'ils sont arrivés dans ma vie à un moment où ils se sont révélés essentiels, m'apportant des réponses à des questions douloureuses et ainsi le réconfort. Ces textes, parfois, sont alors allés se lover dans un coin de ma mémoire, tandis que d'autres s'éloignaient à jamais. Le texte de Tahar Ben Jelloun, sur l'Eloge de l'amitié, ombres de la trahison, a été un texte révélateur, exprimant bien au-delà d'un sentiment, une valeur qui dans nos sociétés n'a plus vraiment sa place ou à perdu son sens profond. J'appartiens à une génération, qui a non seulement lu le Grand Meaulnes et en a été profondément marqué, mais au-delà a assimilé la beauté de l'amitié comme un de ces éléments de la poésie du monde, pierre de fondation de tout ce que je suis, de tout ce dont je rêve et qui nourrie mon âme.

@ Monique Parmentier

Ce texte est venu à moi, en 2012, une année de remise en question. Où une personne mal intentionnée et des "amis" communs, m'ont profondément fait douter de ce qui était pour moi, inconsciemment jusqu'alors une valeur fondatrice. Ce texte m'a permis d'effacer mes doutes et m'a depuis accompagné. Si la blessure est restée, il m'a permis de la panser. Depuis, avec la très belle lettre de Jacqueline de Romilly qui évoque aussi la beauté sensible de l'amitié, si proche de l'amour, mais si différente, ce texte m'accompagne à jamais.

Mais celui - ci plus que d'autres, m'a fait prendre conscience de ce en quoi la "trahison", l'avilissement de cette valeur Amitié par des faux amis peut redoutablement faire mal. Ainsi désormais lorsque certains veulent me faire douter ou que sans savoir pourquoi, le souvenir de la douleur me revient, je me remémore ce texte si beau, si juste :

@ Monique Parmentier
"Parce que l'amitié est à l'écart de toute satiété et de tout calcul, ces dérapages ne devraient pas se produire, d'autant qu'on ne saurait les prévoir. L'absence de conflit pervers et d'intérêt dissimulé est le fondement même de l'amitié. Une amitié trahie est une blessure insupportable parce qu'elle ne faisait pas partie de la conception et de la nature de la relation, laquelle est une vertu.
Elle est vécue comme une injustice, une blessure incurable. Pourquoi ce genre de blessure persiste-t-il dans la mémoire? Parce que le principe de la parole donnée n'a pas été respecté, la confiance a été abusée, s'est retrouvée comme une demeure cambriolée par celui ou celle à qui on en a laissé les clefs. Et l'on est effaré de découvrir qu'on a été dans l'erreur, qu'on a longtemps fait fausse route, cru des mots vides de sens, qu'on a ouvert sa maison intérieure, ce lieu intime du secret. Et voilà que soudain, tout vole en éclats."
Par Monique Parmentier - Extrait du texte de Tahar Ben Jelloul - Eloge de l'amitié, ombres de la trahison
Lire la suite

Une découverte : un blog merveilleux

12 Janvier 2022 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Cuisine et jardin

@ Monique Parmentier

Donc, comme je poursuis mon chemin, et que je dois à la fois me préoccuper de ma santé et que je souhaites le faire en n'oubliant pas la poésie en cours de chemin, je viens de découvrir, un nouveau blog passionnant, grâce à l'émission Silence ça pousse de France 5. Il s'agit du blog de Marie Chioca, Saines gourmandises. Elle y parle cuisine et jardin, mais comme son métier est photographe professionnel de cuisine, elle accompagne ses articles de magnifiques photos. Je compte d'ailleurs me procurer certains des livres dont elle est l'auteur.

J'aime l'onirisme de son univers et en même temps les explications très claires pour reprendre les recettes ou pour ceux qui ont des jardins sur les soins que l'on peut apporter à la terre et aux plantes, sans se prendre la tête.

Donc n'hésitez pas à rendre visite à ce blog. Pour ma part, dès mon installation dans le sud et l'accès à des légumes plus variés, je n'hésiterais pas à mettre en application certaines des recettes. Etant une adepte de la Ricotta, que Marie n'utilise pas, grâce à la subtile palette de goût qu'elle propose, je n'aurais aucun mal à adapter certaines recettes. Merci à elle pour la bienveillance de ses articles, et également de ses réponses à ses abonnés et aussi aux détracteurs ronchons qui peuplent malheureusement les réseaux sociaux.

Monique Parmentier

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>