Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Susanna Huygens

Silent Night, le chemin de l'étoile

8 Décembre 2019 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Chroniques CD

@ Hirundo Maris

Après le bouleversant CD, Il Viaggio d’amore, Hirundo Maris, notre merveilleuse hirondelle des mers, poursuit son vol, vers des horizons toujours plus doux, plus radieux et nous revient avec Silent Night. L’ensemble catalan-norvégien se propose ici, de redonner à la nuit de Noël, loin des fonds musicaux qui animent nos centres commerciaux, ce caractère unique de la veillée qui unie autour d’un conteur, dans la joie, l’amour, l’espoir et le partage, les êtres humains quelles que soient leurs origines ou leurs croyances. Car bien au-delà de la simple fête chrétienne, le choix des pièces et les couleurs luxuriantes que nous offre l’ensemble, réuni autour d’Arianna Savall et de Petter Udland Johansen, ouvre les perspectives à l’infini. Ce Cd sorti à l’occasion des fêtes de Noël, l’année dernière, m’est parvenu juste à temps, pour que je puisse ici l’évoquer, à un moment où il me semble que la poésie est plus que jamais le meilleur des refuges. Et dès les premières notes, de ce chant traditionnel commun aux cultures du nord et du sud de l’Europe, The Holly and the Ivy & El noi de la mare, il suffit de fermer les yeux, laisser la harpe filer les notes, pour que du chant des musiciens redevenus des elfes, les mots magiques, « il était une fois/Once upon a time », se fassent entendre et nous permettent de percevoir la légende et la féerie du monde.

Arthur Rackham @ DR

Ici tout est à fleur de doigts et d’âmes : le timbre si pur d’Arianna et si cristallin de ses harpes qui baignent de lumière tout ce qui nous entoure, mais aussi le timbre de Petter si séduisant, si fervent, si ensorcelant. Leur univers est celui des troubadours. Et alors que les longues nuits d’hiver, projettent des ombres étranges et parfois effrayantes autour de nous, les musiciens redonnent aux braises qui résistent leur flamboiement, éloignant la peur et la mélancolie, nous conduisant dans une farandole grisante. L’éphémère retrouve l’éternité, dans une sensation de bonheur ineffable. La rondeur sonore du cornet interprété par Ian Harrison, qui accompagne avec tendresse, les voix d’Arianna et Petter, dans « Ô nuit brillante », ou de couleurs rougeoyantes et si sensuelles dans La Salve, est d’une splendeur digne des anges musiciens que l’on trouve sur les retables médiévaux. Tout comme d’ailleurs, le violon céleste de Adam Taubitz dans The Wesford Carol, tandis que la guitare acoustique et le Dobro de Sveinung Lilleheir et les flûtes de Gesine Bänfer, crée un caractère fascinant et puisant de contes et d’histoires des temps anciens. La contrebasse de Miquel Ángel Cordero, fidèle parmi les fidèles de l’ensemble, diffuse un effet de profondeur et de moëlleux, évocateur d’espaces étoilés infinis ou de tapisseries aux mille fleurs.

@ DR

Entre chants catalan, provençal ou norvégien, entre mélodies celtiques et arrangements de Jordi Savall pour El cant dels ocells ou d’Arianna Savall pour La Salve ou Rug Muire Mac do Dhia (un poème irlandais qui peut se traduire par « Marie a porté le fils de dieu »), ici tout n’est qu’harmonie et invitation aux voyages de l’âme vers la paix et le bonheur. La magnificence des percussions de Pedro Estevan, enrichit les pièces de nuances subtiles et opulentes.

Filippino Lippi Santa Maria sopra Minerva, Rome

Musiciens et chanteurs, nous font percevoir la musique des étoiles qui rythment le pas des bergers ou des rois mages en route sur les chemins de sable, où ils nous invitent à les rejoindre pour partager le Mystère de la nuit de Noël. Tous les musiciens d’Hirundo Maris donnent à un moment ou un autre dans chaque pièce, des variations, des atmosphères d’une délicatesse qui nous surprend à la limite du secret d’une émotion à laquelle on ne peut résister, nous envoûtant aux larmes. Et lorsque, dans Silent Night la cornemuse de Ian Harrison, brise le silence de la nuit, comme un éclat de rire ou de larme -de joie-, la musique du silence, qui nous a bercée, apaisée, enchantée nous entraîne dans la danse de la vie qui reprend ses droits. Les voix d’Arianna Savall et Petter Udland Johansen, deviennent à jamais, le flambeau qui nous permettra de suivre ce chemin si bienveillant de la musique des sphères.

« Quand le récit de leurs pérégrinations fut terminé, il y eut d’autres contes, puis d’autres encore : des contes d’il y a longtemps, des contes de choses récentes, et des contes en dehors du temps ». JRR Tolkien

Par Monique Parmentier

Hirundo Maris, Arianna Savall, soprano, Baroque triple harpe et Renaisssance harp ; Petter Udland Johansen, ténor, hardingfele, mandolin ; Adam Taubitz, violin ; Sveinung Lilleheier, Dobro, acoustic guitar ; Gesine Bänfer, cittern, flute, whistles ; Ian Harrison, whistle, border pipe, mute cornett, Miquel Ángel Cordero, double bass ; Pedro Estevan, percussion

1 CD Deutsche Harmonia Mundi 62’35. Livret : Anglais/Allemand. Enregistrement réalisé à Kirche Maisprach du 15 au 18 juin 2018

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :