Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Susanna Huygens

Le poème - Fernando Pessoa

1 Octobre 2018 , Rédigé par Parmentier Monique Publié dans #Poésie et Littérature

@ Monique Parmentier

Un poème sommeille en moi
Qui exprimera mon âme entière.
Je le sens aussi vague que le son et le vent
Non modelé dans sa forme accomplie.

Il n’a ni stance, ni vers, ni mot.
Il n’est même pas tel que je le rêve.
Rien qu’un sentiment confus de lui,
Rien qu’une brume heureuse entourant la pensée.

Jour et nuit dans mon mystère intime
Je le rêve, je le lis, je l’épelle,
Et sa vague perfection toujours
Gravite en moi à la frange des mots.

Jamais, je le sais, il ne sera écrit.
Je sais et j’ignore à la fois ce qu’il est.
Mais je jouis de le rêver,
Car le bonheur, même faux, reste le bonheur.

Fernando Pessoa

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour<br /> en ces temps propices à la cuisine, à toutes sortes de cuisines...<br /> des mots autour d'un poète , dans mon blog<br /> en espérant que vous y trouverez un peu d'intérêt..<br /> Courtoisement<br /> Mermed<br /> Effleurements livresques, épanchements maltés - Overblog http://holophernes.over-blog.com/<br /> <br /> <br /> Recette <br /> <br /> Je me pose souvent cette question:<br /> quelle est la traduction qui convient le mieux à Lao Tseu ?<br /> (Je ne lis, ni ne comprends le chinois)<br /> Pendant longtemps, j'y ai répondu, après bien des atermoiements en concoctant un Tao Tö King;<br /> voici ma recette,<br /> 1 - lire la traduction et les commentaires de Duyvendack,<br /> 2 - lire la traduction de Liou Kia-Hway,<br /> 3 - saupoudrer avec celle de Julien,<br /> 4 - ajouter des touches de trois traducteurs de Lao Tseu en Anglais, Waley, Legge et Lau,<br /> 5 – envelopper tout cela dans l'intimité la plus intense avec Tchouang Tseu,<br /> 6 – une dizaine d'années de fermentation – je dirais du type de celle que l'on utilise pour faire de la gnole, et l'on arrive à saisir – un peu - cet obscurcissement de l'obscurité... que l'on peut relever avec des phrases de Qohélet* - <br /> Je n'étais pas mécontent, mais il me semblait que manquait un ingrédient, <br /> et puis, par une nuit d'insomnie, une nuit semblable à ces nuits d'extases qu'ont connues tous les grands mystiques de Blaise Pascal à Diego Maradona, voila, que m'est venue l'illumination: il manquait les mots de Fernando (P.), celui qui écrivait 'Je ne suis rien. Jamais je ne serai rien. Je ne puis vouloir être rien. Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde.'(1)<br /> Je me suis empressé de les ajouter, parceque 'Je cherche à dépouiller ce que j'ai appris, je cherche à oublier le mode de pensée qu'on m'inculqua.'(2)<br /> En effet, 'Rien ne pense rien'(3)<br /> car 'Nothing can be made out of nothing, (4)<br /> et qu 'Au grand commencement de toutes choses, il y avait le néant de forme, l’être imperceptible'(5)<br /> Nous retrouverons bientôt Fernando (Pessoa).<br /> <br /> <br /> (1) Tabbaccheria<br /> (2) Le Gardeur de troupeaux 36 (3) Le Gardeur de troupeaux 34 (4) King Lear I,4 (5) Tchouang Tseu 12
Répondre
P
Merci. J’ai choisi d’afficher votre commentaire qui m’a intrigué. Bonne soirée